Chaloupe

Eco-blanchiment : la CLCV dépose plainte

contre les principaux fabricants de bouteilles plastiques

Le BEUC (*) et ses organisations membres de 13 pays, dont la CLCV, ont signalé aux autorités européennes des allégations commerciales trompeuses sur la recyclabilité des bouteilles d'eau de grandes marques, comme Coca-Cola HBC, Danone et Nestlé Waters. Selon leur analyse, de telles allégations ne sont pas conformes aux règles de l'Union européenne (UE) en matière de pratiques commerciales déloyales. Cette analyse a été réalisée en collaboration avec Client Earth et ECOS.

Le 15 octobre 2021, la CLCV avait déjà identifié l’allégation « 100 % recyclable » sur des bouteilles de la marque Volvic et avait porté plainte pour pratiques commerciales trompeuses devant le tribunal judiciaire de Paris. Des allégations problématiques ont été identifiées sur de nombreuses bouteilles en Europe.

Le consommateur européen boit en moyenne 118 litres d’eau en bouteille par an. 97 % de cette eau est conditionnée dans des bouteilles plastiques qui sont l'une des principales sources de pollution plastique des plages européennes. L'industrie des boissons a recours à des allégations de recyclabilité qui, selon nos recherches, sont trop vagues, inexactes et/ou insuffisamment justifiées. Nous avons identifié trois principales allégations problématiques :

- « 100 % recyclable » : ce terme ambigu dépend de nombreux facteurs tels que les infrastructures de collecte disponibles dans le pays, l'efficacité du processus de tri ou encore l’existence de processus de recyclage appropriés. Le taux de recyclage des seules bouteilles en PET, sans le bouchon ni l’étiquette, est estimé à seulement 55 % dans l'UE et les chances qu'elles servent à fabriquer une nouvelle bouteille sont d'environ 30 %.

- « 100 % recyclé » : cette affirmation laisse à penser que la bouteille est entièrement fabriquée à partir de matériaux recyclés. Or, les bouchons ne peuvent pas être fabriqués à partir de matériaux

recyclés, d’après la législation européenne. Quant aux étiquettes, elles sont rarement fabriquées à partir de matériaux recyclés. De plus, l’ajout de plastique vierge (plastique non recyclé) au corps de la bouteille est également une pratique courante.

- Utilisation de visuels verts : des logos verts ou des images de nature utilisés sur les emballages de nombreuses bouteilles d'eau à travers l'Europe véhiculent une fausse idée de neutralité.

Le BEUC et ses membres ont déposé une plainte auprès de la Commission européenne et du réseau des autorités de protection des consommateurs (CPC), en leur demandant d'ouvrir une enquête. Nous appelons les autorités à veiller à ce que les professionnels cessent d’induire les consommateurs en erreur en utilisant de telles allégations.

(*) Bureau européen des unions de consommateurs