Chaloupe

La CLCV réunit ses commissions départementales

 

Une trentaine de personnes ont participé aux commissions départementales logement et consommation-environnement de la CLCV qui se sont réunies le 23 septembre à Châteaulin. Les débats ont porté notamment sur la loi Climat et résilience qui couvre tous les domaines de la vie quotidienne, de la consommation au logement en passant par le transport.
Si cette loi apporte des mesures positives pour le climat, elle ne satisfait pas la CLCV sur plusieurs points :
  - les passoires thermiques (classées G) seront interdites dès 2025 à la location, mais les aides à la rénovation thermique (maprimrenov) seront-elles à la hauteur ?
  - concernant les cantines scolaires, celles-ci devront proposer un menu végétarien au moins une fois par semaine, alors que la CLCV demandait, en raison de l’évolution des habitudes alimentaires, le choix d’un menu végétarien quotidien dans tous les services de restauration collective, y compris la restauration scolaire ;
  - la loi est restée limitée dans l’interdiction des vols domestiques lorsqu’une alternative en train existe en moins de 2 h 30.

Les commissions ont débattu également de la hausse des prix qui inquiète les consommateurs, et notamment de la hausse vertigineuse des prix du gaz et de l’électricité. Les pouvoirs publics ont annoncé qu’une somme de 100 € sera versée à quelque 6 millions de ménages pour les aider à régler leur facture énergétique. Cette mesure va dans le bon sens, mais il n’est pas sûr qu’elle permette aux ménages les plus modestes de supporter les hausses de l’énergie. Pour répondre au fort questionnement sur la fin du marché réglementé du gaz, la CLCV va distribuer dans le Finistère un document listant tous les conseils et points de vigilance face au démarchage agressif de certains opérateurs et rappelant qu’il n’y a aujourd’hui aucune urgence à changer d’opérateur.
Enfin, compte tenu de la hausse générale des prix et donc de la baisse du pouvoir d’achat, les élus HLM de la CLCV demanderont de nouveau le gel des loyers pour l’année 2022.

Consommateurs de l'eau:

Donnons tous notre avis sur le SDAGE de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne.

L'Europe s'est dotée en 2000 d’une directive cadre sur l'eau. Son but est de reconquérir la qualité de toutes les eaux en 2027 dernier délai. C'est pourquoi les consommateurs sont invités à donner leur avis sur le Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) de l’Agence Loire-Bretagne, qui impose des règles à 36 départements (le long de la Loire et en Bretagne).

L'objectif du SDAGE 2016-2021 qui était d'atteindre 61 % des cours d'eau en bon état en 2021 n'a pas été atteint, loin s’en faut :

- L'évaluation 2017 du bassin Loire-Bretagne fait apparaître que seuls 24 % des cours d’eau sont en bon état écologique et 40 % en état moyen.

- En Bretagne, 31 % des cours d'eau sont en bon état et 41 % en état moyen.

Aujourd'hui s'engage la révision du SDAGE, qui doit enfin permettre d'atteindre ce bon état des eaux en 2027. Les habitants du bassin Loire-Bretagne sont donc consultés cette fois-ci sur le projet de SDAGE 2021-2027.

Donnons notre avis du 1er mars au 1er septembre 2021

 

- En répondant au questionnaire en ligne de l'Agence de l'eau, disponible sur : sdage-sage.eau-loire-bretagne.fr ou : consultation eau donner son avis

- En répondant à ce même questionnaire distribué par la CLCV sur les lieux publics ou dans nos 15 permanences, ou en remplissant le verso de ce tract.

- En alertant les réseaux sociaux et en proposant à tous de donner un avis.

Faites connaître cette consultation publique à votre famille, à vos amis.

A chaque consommateur de s’exprimer sur sdage-sage.eau-loire-bretagne.fr

ou sur les suggestions de la CLCV (voir au verso), sachant qu’il fautprendre en compte l’urgence climatique. 

Pour télécharger nos suggestions cliquez ici

 

Suggestions

Votre avis

Oui/ Non

1- Atteindre le bon état de toutes les eaux en 2027 dernier délai !

2- Changer le modèle agricole intensif : développement de l'agriculture biologique (au moins 25 % des surfaces cultivées en bio en 2030) et des productions axées sur l’autonomie alimentaire des territoires (légumes, légumineuses...), forte diminution des cultures consommatrices d’eau (maïs) et des élevages…

3- Développer la biodiversité : trame verte et bleue des plans locaux d’urbanisme, préservation des zones humides et des forêts, interdiction de suppression des haies bocagères, replantations, enherbement des rives de cours d’eau…

4- Réduire les nitrates à moins de 25 mg/l (norme guide européenne) dans les eaux brutes.

5- Diviser par deux l’emploi des pesticides d’ici 2030 comme le prévoit le Pacte vert de l’Europe, interdire dès 2022 le glyphosate et les pesticides équivalents.

6- Limiter l’imperméabilisation des surfaces en ville comme à la campagne (perméabilité des trottoirs, chemins, parkings publics
et privés…).

7- Limiter les pertes sur le réseau à 15 % en milieu urbain (contre 20 % aujourd’hui) et 20 % en milieu rural, limiter la pression d’eau (pas plus de
6 bars).

8- Appliquer le principe pollueur / payeur à toutes les catégories d’usagers et diminuer la part réglée par les consommateurs (75 % des redevances).

Votre signature

Merci de remettre ce tract complété à l’antenne CLCV la plus proche

(voir adresses sur www.clcv-finistere.fravant le 15 août 2021

-----------------------------------Talon à transmettre à la CLCV -------------------------------

J’adhère à la CLCV :

Nom, prénom…………………………………………………………………………..

Adresse…………………………………………………………………………………

                                                                                                                              Signature :

Ne pas jeter sur la voie publique SVP

COVID ET PERMANENCES

En raison de la pandémie de coronavirus,

la CLCV de Quimper, 7 rue de Kerjestin, a réorganisé l'accueil du public.

Celui-ci se fait uniquement sur rendez-vous par téléphone au 02 98 55 30 57

ou par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Il est demandé au public de se présenter obligatoirement équipé d'un masque et d'avoir son propre stylo.

Cette organisation est maintenue jusqu'à nouvel ordre.