Chaloupe

Baisse du service public de la Sécurité sociale

Le budget de la Sécurité sociale a été adopté le 26 décembre 2023. Il acte deux points majeurs : le transfert de charges de la Sécurité sociale vers les complémentaires santé et les remboursements en baisse de la Sécurité sociale, donc un reste à payer de plus en plus fort pour les usagers.

Explications :

- les remboursements de soins dentaires par la Sécurité sociale baissent de 70 à 60 % ;

- trois postes de franchise médicale (c’est-à-dire à la charge des usagers) sont doublés : 1 € par boîte de médicaments au lieu de 50 centimes (alors que l’une des solutions c’est la délivrance des médicaments à l’unité), 1 € par acte médical au lieu de 50 centimes et 4 € pour le transport sanitaire au lieu de 2 € ;

- par ailleurs, les mutuelles santé ont augmenté leurs tarifs d’environ 10 % en janvier, en partie pour faire face aux transferts, alors que des économies sont possibles sur le fonctionnement (sièges administratifs, remboursements de chambres et autres services dans les centres de soins, etc.) ;

- enfin, non seulement des médecins appliquent des dépassements d’honoraires non remboursés, mais en plus, des médecins se déconventionnent, ce qui est proprement scandaleux. La CLCV appelle les usagers à refuser ces pratiques médicales d’un autre âge.

Ces déremboursements massifs qui signent une baisse du service public au profit du privé pèseront sur le pouvoir d’achat des ménages (3 millions de personnes n’ont toujours pas de mutuelle, cette proportion va donc augmenter) et seront très certainement un frein à l’accès aux soins pour les plus fragiles d’entre nous. Où est l’esprit de solidarité et d’égalité voulu par les fondateurs de la Sécurité sociale en 1945 ?