Chaloupe

Logement social

Non à la hausse des loyers de 0.66 % en 2021 !

 

Les locataires ont subi depuis trois ans une baisse de 5 € sur les APL qui se poursuit.
Le contexte sanitaire, avec les deux confinements, exige des sacrifices qui déstabilisent le budget des locataires et engendrent des surcoûts (ex : achat de masques...).
Le nombre de foyers bénéficiaires du RSA devrait augmenter de 164 000 cette année, soit une croissance de 8,7 % contre 0,4 % l’an dernier (Ouest France du 24 octobre 2020), le chômage ne cesse de progresser et selon les associations caritatives, la crise sanitaire a fait basculer dans la pauvreté un million de français supplémentaires.

Compte tenu de ce contexte extrêmement difficile pour les plus modestes, au nom de la solidarité entre bailleurs et locataires, la CLCV a demandé à tous les conseils d’administration des organismes HLM de voter le gel des loyers.

La CLCV est satisfaite de constater que deux organismes HLM (Finistère Habitat et Armorique Habitat) ont décidé de ne pas appliquer la hausse de 0,66 % et de geler les loyers pour l’année 2021.

 La CLCV demande l’application de la charte nationale

en faveur des locataires HLM en situation de fragilité économique

 L’Union sociale pour l’habitat, les Fédérations qui la composent et les cinq associations nationales de locataires siégeant à la commission nationale de concertation, dont la CLCV, ont signé le 4 mai 2020 une charte nationale d’engagement de bonnes pratiques en faveur des locataires en situation de fragilité économique liée à la crise de la COVID 19.

Chaque organisme HLM pourra la décliner sous forme de protocole local. Le repérage, le contact avec les ménages fragilisés économiquement et leur suivi constituent la clé de voûte des vingt engagements de la charte nationale.

Pour les locataires justifiant d’une baisse de leurs revenus, les organismes HLM pourront proposer un étalement du paiement des loyers et des charges concernant les échéances jusqu’en septembre 2020 inclus, période à l’issue de laquelle un bilan complet sera fait par les cosignataires dans le cadre du prochain Congrès HLM à Bordeaux.

Les régularisations débitrices des charges locatives pourront aussi donner lieu à un étalement ou à un report de paiement. Les associations de locataires et les organismes HLM ont enfin prévu de faire appel aux dispositifs d’aide existants pour soutenir les locataires pendant cette période et de porter des demandes communes telles que le renforcement des moyens des FSL ou le report de la fin de la trêve hivernale.

Les 12 élus HLM de la CLCV du Finistère vont demander que cette charte nationale soit déclinée dans les 5 organismes HLM du département sous forme de protocole d’accord.

LA CLCV REFUSE L’AUGMENTATION DES LOYERS HLM EN 2020
ET APPELLE A SIGNER LA PETITION POUR LA DEFENSE DES APL

 

La commission Logement de la CLCV, composée des administrateurs et bénévoles représentants des locataires dans les organismes HLM, s’est réunie le 3 octobre dernier et a pris position sur les augmentations de loyer prévues en 2020 (+ 1,53 %).

Alors que l’Etat n’a toujours pas réindexé les APL sur l’inflation, reconduisant la baisse effective de 5 € pour les locataires, le gouvernement affaiblit encore le pouvoir d’achat (hausse des tarifs de l’électricité de 7,1 % en 2019, stagnation des retraites...).

Alors que l’Etat ponctionne 1,3 milliard € sur les bailleurs sociaux en 2019 et jusqu’en 2022, les locataires subissent les hausses de charges et le manque d’entretien des logements.

Alors que l’Etat ne participe plus aux aides à la pierre, les locataires et les bailleurs doivent subir le poids des efforts financiers sur les constructions nouvelles.

Alors que l’Etat lance le projet de Revenu universel d’activité qui risque de fragiliser les APL entrant dans ce cadre, les locataires refusent toute hausse de loyer en 2020.

La CLCV constate que les loyers HLM des logements les plus récents sont inaccessibles aux locataires, laissant libre cours aux marchands de sommeil qui louent des logements indignes en touchant directement les aides au logement.

Elle appelle les locataires à signer la pétition pour la défense des APL sur change.org (Non à la destruction du logement social !).

 


La chaudière gaz de notre représentant des locataires élu au CA de Finistère Habitat a été changée en 2018. Malgré cela, le bailleur lui a facturé le contrat d'entretien de la chaudière alors que celle-ci est toujours sous garantie et qu'il n'y a pas de visite la première année.

Après 4 mois de réclamation, le bailleur a reconnu qu'il n'y avait pas eu de visite d'entretien et remboursé entre 55 et 69 € en fonction du type de chaudière à 670 locataires.

Bravo à notre représentant.